Nombre total de pages vues

CE QU IL FAUT SAVOIR

j espère que les notes suivantes vous aideront à y voir
plus clair dans le turf
n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires

Bonne Lecture

TOCARELLA

Les jeux préférés des joueurs  ne sont pas le Tiercé, Quarté et Quinté+ mais les jeux simples et les couplés  ils permettent de gagner avec régularité.

Si vous le pouvez, jouez au dernier moment et attendez la cote définitive, et c’est bien là l’intérêt d’effectuer ses paris sur Internet. En effet, l’effondrement d’une cote lors des dernières minutes est souvent significatif des chances du cheval de figurer à l’arrivée. 

Le turfiste qui fait ses jeux au dernier moment aura un avantage sur ceux ayant validés leurs tickets la veille.


Suivez de prés un favori battu, et jouez le dans les prochaines courses surtout si le prix de la course est inférieur à celui qui l’a vu perdre.

 Préférez les trios aux Tiercé, ceux-ci ne tenant pas compte de l’ordre d’arrivée, ils s’avèrent beaucoup plus stables en matière de rentabilité 

Jouez avec méthodologie (la vôtre), pour cela il vous fau
dra trouver des pronostiqueurs de qualité qui vous donnent un seul pronostic et pas une dizaine comme on en trouve souvent

Aussi évident que cela puisse paraître, ne jouez pas uniquement des favoris, ni uniquement des tocards. La solution rentable vient d’un panaché entre favoris et outsiders quel que soit les jeux utilisés (Couplé, Trios, Tiercé, quarté et Quinté+).

N’oubliez pas que près de 50% des joueurs de quinté+ réalisent leurs tickets en faisant confiance uniquement au hasard.


Eliminez les non chances de vos jeux, pour cela vous pouvez retenir la méthode des professionnels des courses qui consiste à diviser par deux le nombre de partants d’une course et d’éliminer tous les participants dont la cote est supérieure à ce nombre. Par exemple pour une course de 18 partants, au-delà de 9/1 le cheval a peu de chance de figurer à l’arrivée.

 
Les performances et derniers résultats sont des indicateurs essentiels à prendre en compte pour déterminer les chances d'un cheval à participer à l'arrivée de la course.
Il vaut mieux privilégier un cheval régulier qu'a un cheval qui reste sur des mauvaises performances.Attention toutefois,certain chevaux qui ont une mauvaise musique peuvent aussi avoir une bonne chance théorique.Cela est dûe principalement au fait qu'ils ont eues soit une interruption de carriere ou un passage à vide.Ces chevaux se trouvent ainsi en retard de gains et rattrape le temps perdu ,souvent en enchainant les victoires et places.



Comme le sportif de haut niveau,un cheval peut avoir plus ou moins de vitesse.Il est important de connaitre ses aptitudes au parcours.Un cheval qui à de la vitesse risque de trouver le temps long sur un parcours de longue haleine.Inversement,le cheval qui à de la tenue va se retrouver pris de vitesse sur un parcours réduit.

Le parcours.

Il exite de nombreux hippodrome en france avec pour chacun des spécificités.Un cheval peut etre trés bon sur l'un et trés mauvais sur l'autre.Vérifier si le cheval préfére courir sur l'herbe ou sur la cendrée,s'il préfére tourner à droite ou à gauche..

Le driver.

Si c'est le cheval qui court,le driver à un rôle important quand à la réussite d'un cheval.Préférez les drivers connus dont le pourcentage de réussite à l'arrivée est important.Certains jeunes drivers ont aussi une bonne réussite.Cette génération montante est interessante car ils participent souvent aux arrivées à une côte spéculative.

L'entraineur.

Il est le mieux placé pour connaitre le degré de forme de son cheval.Informez vous, si possible, des courses visées qu'il à repéré de longue date.En tant que chef d'entreprise,l'entraineur se doit obligation de résultats.

Comprendre le galop pour faire de bon prono


Le galop est l’une des deux catégories de courses hippiques proposées pour les courses support des paris. Parmi les 6 disciplines de courses hippiques, le galop en compte 4, ce qui fait du galop le type de course le plus représenté. Historiquement le galop est le type de course le plus ancien, les premières courses ayant eu lieu dès le Moyen Age en Angleterre.


Les différentes épreuves hippiques de galop

Le galop se compose de deux types d’épreuves : le plat et l’obstacle et il est évident qu’on pronostique pas une course de plat comme une course d’obstacles.

Les courses de plat

Le principe des courses de plat est très simple : il s’agit de parcourir le plus vite possible une distance déterminée. Différent facteurs peuvent influencer les chevaux d’une course de plat comme la position à la corde, le poids, la distance, etc. La course de plat la plus célèbre est le Prix de l’Arc de Triomphe qui se court le premier dimanche de mois d’octobre à Longchamp sur le piste de 2 400 m.

Les courses d’obstacles

Il s’agit de courses hippiques dans lesquelles les participants doivent parcourir une piste le plus rapidement possible en sautant un certain nombre d’obstacle. Il existe trois catégories de courses d’obstacle.

Le saut de haies

Chevaux engagés dans une course de saut de haies
Il s’agit de la catégorie de courses d’obstacles la plus "facile". Dans cette discipline, les obstacles sont composés de buissons de 110 cm de hauteur et de 80 cm d’épaisseur. tous les obstacles sont identiques et le parcours en compte au minimum 7. Ces épreuves constituent le point d’entrée pour les courses de steeple-chase.


Le steeple-chase

Les courses de steeple-chase se différencient des courses de saut de haies par la diversité des obstacles que le cavalier et sa monture vont devoir franchir durant la course. Le plus connu des obstacles de ce type d’épreuve est appelé Rail Ditch And Fence, il s’agit d’une obstacle de 410 cm de long et de 160 cm de haut. Il est couramment appelé "juge de paix" par les turfistes car il permet généralement de départager les chevaux encore à égalité dans la course avant son franchissement. Le course de steeple-chase la plus connue est le Grand Steeple-Chase de Paris qui se déroule sur l’hippodrome d’Auteuil durant le mois de mai.

Le cross-country

Chevaux qui sautent un obstacle de type rivière dans une course de galop
Contrairement aux autres épreuves d’obstacles, le cross-country à pour objectif de se rapprocher d’une course d'obstacles en pleine nature. La piste est donc essentiellement composée d’obstacles naturels : cours d’eau, obstacle en terre, etc. Ces courses sont particulièrement appréciée du public pour le spectacle particulièrement impressionnant qu’elles offrent, notamment en raison des chutes spectaculaires qui peuvent avoir lieux lors des franchissements d’obstacles.

Impact de la distance sur le prono des courses de galop

La distance est un facteur très important pour la réalisation du meilleur pronostic dans les courses de galop. Chaque cheval a une distance de prédilection. Contrairement au trot ou il n’est pas rare de voir un trotteur s’engager sur des courses avec des distances radicalement différentes, au galop c’est plutôt exceptionnel. La distance de prédilection d’un cheval de galop se détermine après plusieurs courses et le ressentie du jockey est primordial pour aider l’entraîneur à situer le cheval. Ainsi les chevaux présentant une très bonne tenue (endurance à l’effort) se tourneront vers des courses de plus de 5 000 mètres alors que les chevaux disposant d’une très bonne pointe de vitesse seront orientés vers des courses de 1 600 mètres. Au delà de la vitesse, ses capacité de saut seront bien entendu évaluée pour savoir s’il est préférable de l’orienter vers le plat ou l’obstacle.
En plat, les distances de courses varient entre 1 600 mètres et 2 400 mètres, pour les courses d’obstacle, les distances varient entre 3 000 et 7 000 mètres en général.

Pourquoi il n’y a pas de chrono au galop ?


Pas de chrono dans les courses de galop car il est très difficile de comparer les performances sur les différentes pistes des hippodromes.

Le trot est une allure mécanique qui permet certaines comparaisons entre trotteurs dans la mesure où tous vont courir à la même allure sans mauvais jeu de mot. Or au galop, tout les partants ne vont pas forcément "se donner" à fond sur toute la course. Pour une même distance et sur un même hippodrome les stratégies peuvent être différentes et les chronos peuvent être très différents car l’idée n’est pas de gagner à tout prix, mais bien de gagner, avec le minimum d’effort pour préserver le capital forme du cheval. Voilà pourquoi on ne trouve pas d’information chronométrée sur les performances des chevaux de plats.

Les types de départ au galop


Pour les courses de plat, le départ est donné dans des stalles. Une stalle est une sorte de box dans lequel le cheval entre quelque minutes avant le départ de la course. L’entrée dans les stalles est un moment très important, il peut être très stressant pour le cheval et cela peut le perturber pour la course. Même un cheval qui n’a pas peur de l’entrée dans la stalle peut être mis mal à l’aise par la peur ressentie par un de ces congénères lui aussi sur le point de prendre part à la course. La présence d’un cheval trop nerveux dans une stalle perturbe les chevaux des stalles voisines. En fonction de la position à la corde et de la nervosité des chevaux, il est parfois nécessaire de modifier le pronostic pmu de la course.

L'analyse du numéro de corde

La corde est le nom donné à la barrière qui délimite les pistes d'un hippodrome. La grande majorité des pistes sur les champs de courses sont des boucles et la corde correspond à la limite intérieure de la boucle constituée par la piste. En se tenant au plus près de la corde, un cheval parcourt donc moins de distance. C'est la raison pour laquelle la position à la corde est un élément important à prendre en compte pour pronostiquer une course PMU.

La corde est la lisse intérieure de la piste d'un hippodrome. Comme chaque pioste est circulaire, les partants qui sont le plus près de la corde dès le départ bénéficient en général d'un avantage.

L'importance du numéro dépend de la discipline
Le numéro de corde n'est pas d'une importance capitale dans toutes les courses. Il existes plusieurs configurations de courses dans lesquelles le numéro de corde du partant n'a que peu d'influence. Il s'agit par exemple des courses qui ont lieu sur des distances très grandes et dans lesquelles les partants les plus mal placés au départ auront tout le temps de venir se replacer correctement sans avoir à fournir un effort trop violent qui serait pénalisant pour le finish. Il s'agit généralement des courses d'obstacles (haies, cross-country, steeple-chase) dont les distances sont généralement supérieures à 3 000 mètres. Il y a aussi les courses de trot à handicap pour lesquelles il n'y a pas de placement au départ et où les chevaux voltent pour prendre leur place au départ.

Numéro et conséquence selon la discipline

A l'inverse des courses d'obstacles ou de trot à handicap dans lesquelles le numéro de corde n'aura que peu d’incidence sur le pronostic pmu, dans les courses de plat les places à la corde sont tirées au hasard avant le départ de la course. Dans le cas où la piste présente un tournant très proche du départ, un mauvais numéro de corde peut ôter quasiment toute chance de faire l'arrivée à un partant. En plat donc, les petits numéro de corde sont favorisés. Il faut aussi savoir que les chevaux n'ont pas le droit de se rabattre à la corde avant d'avoir fait moins de 200 mètres, ce qui signifie que les chevaux à l’extérieur doivent maintenir leur effort pour se maintenir en tête avant de pouvoir prendre le contrôle de la course. Or chaque effort se paye dans une course hippique et il n’est pas dit que les chevaux en extérieur puissent revenir sur les derniers mètres.

Numéro de corde et type de départ

Lorsqu'un départ pour une course de trot est donné à l'autostart, le numéro de corde est très important et donne un avantage non négligeable à certains partants. Étant donné que la largeur de l'autostart (et de la piste) est limitée, les chevaux vont devoir se ranger sur plusieurs lignes. Il est évident que les chevaux en première ligne bénéficient d'un avantage indéniable, notamment pour les numéros situés au centre de la piste (numéro 4, 5 et 6). Les numéros 1, 2 et 3 doivent absolument réussir leur départ sous peine de se retrouver enfermés à la corde mais dans le peloton, sans grand espoir de pouvoir se dégager. Les numéros à l’extérieur sur la première ligne (7, 8 et 9) doivent quant à eux fournir un très gros effort pour se rabattre en passant devant les autres partants, ce qui est souvent pénalisant pour la fin de course.

Corde à droite et corde à gauche

Corde à gauche ou à droite, cela va dépendre du sens de la course sur la piste de l'hippodrome.
Le parcours d’une course se rapproche du tracé d’une ellipse, bien que quelques courses se courent en ligne droite.
Une corde à gauche indique le sens des virages de la course, qui seront, par définition, à gauche. Comme les humains, un cheval est plutôt droitier ou plutôt gaucher, autrement dit il sera plus à l’aise sur une corde à gauche que sur une corde à droite.
C'est donc une condition qui peut avoir des conséquences sur la façon de courir d'un cheval mais l'effet est généralement moins important que le numéro de corde, qui comme indiqué auparavant, peut s'avérer très pénalisant dans certains cas. D’une façon générale, on trouve quasiment autant de course avec corde à gauche que corde à droite : sur 68 040 courses on a ainsi 37 351 courses avec corde à gauche (soit 55 % des courses) et 30 689 courses avec la corde à droite (soit 45 % des courses). Il convient donc d’étudier spécifiquement l’historique d’un partant pour voir s’il présente une appétence particulière pour un type de corde et d’en tirer les bonnes conclusions pour le pronostic hippique.

Quelle influence sur le pronostic de la course ?

Pour faire votre pronostic pmu, gardez donc à l'esprit les faits suivants pour compléter votre analyse :

en plat, les petits numéros de corde sont souvent très avantagés, étudiez la distance : plus c'est court, plus la corde est importante,

au trot avec un départ à l'autostart, privilégiez les chevaux avec les numéros 4, 5 et 6,

en cas de terrain lourd, la place à la corde peut être un piège car le terrain devient impraticable au fil du temps, attention donc pour les courses en fin de réunion.

Influence des ferrures sur un cheval de courses

Les conditions de ferrures peuvent avoir une influence sur la course de chaque cheval, c'est donc un élement qui mérite d'être étudié attentivement tant l'analyse des partants et l'impact sur le pronostic pmu de la course peut être grand.
Les différents types de fers et leurs conséquences sur le pronostic d'une course
Un fer à cheval est une bande métallique en forme de U qui épouse la forme du pied du cheval ou plus précisément, la forme de la surface portante du pied afin de la protéger contre l’usure. C’est un peu l’équivalent des semelles, des patins qu’on ajoute sur nos chaussures.

Les ferrures des chevaux de courses sont différentes pour le plat, le trot ou l’obstacle :


La ferrure des galopeurs et des trotteurs doit être aussi légère que possible. En général les fers sont en aluminium ou en acier rainé, chaque fer pesant entre 50 et 75 g en fonction de la pointure. Il existe également des ferrures en plastique.

Pour les chevaux courant en steeple, la légèreté est dans ce cas moins importante. Comme les pieds du cheval sont mis à rude épreuve dans les disciplines de saut, c’est surtout la solidité du fer qui va être recherchée. Les fers sont un peu plus épais et donc un peu plus lourds.
Il est à noter par ailleurs que les types et les techniques de ferrures évoluent avec l’âge du cheval. Le choix d’un type de fer pour un cheval dépend donc principalement de l’âge du cheval, de sa façon de courir ; de la discipline dans laquelle il va courir, de la nature du sol ou du revêtement. Pour trouver la meilleure ferrure pour chaque cheval, il est donc indispensable pour un entraîneur de travailler avec un bon maréchal ferrant qui saura être à l’écoute du cheval afin de l’accompagner au mieux dans son développement.

Pourquoi ferre-t-on les chevaux ?

Exemple de fer à cheval : le poids non négligeable peut avoir un impact sur le pronostic
Le ferrages des chevaux se fait pour plusieurs raisons.
D’abord pour protéger les pieds des chevaux. Un cheval qui marche sur un caillou à sabots nus peut se blesser la sole (partie sous le sabot). Un fer surélève les pieds et limite le contact avec le sol. Mais pour les chevaux de course qui courent sur des pistes d’hippodromes parfaitement entretenues, ce n’est pas la vraie raison. Quoi que. Certaines pistes peuvent parfois réserver des surprises.

On ferre les chevaux de course pour éviter une usure de leurs sabots. Ces chevaux travaillent plusieurs heures par jour et à ce rythme, et sans protections, la corne de leurs sabots serait littéralement abrasée en quelques semaines par les phénomènes répétés de friction et d’échauffement. La piste de Vincennes en mâchefer est particulièrement corrosive.


La réglementation sur les fers

Avant tout chose il est important de préciser que la législation peut changer suivant les pays. En France, les chevaux de galop ont été interdits de déferrage, alors que d’autres pays autorisent les chevaux à courir pieds nus.

En France, c’est le Code des courses, disponible sur le site du Cheval Français, qui fait référence.

En cours de trot, les chevaux doivent obligatoirement être âgés de plus de 3 ans pour être déferrés.
Un trotteur est considéré ferré quand "la moitié au moins de son sabot est munie d’une protection rigide et visible qui assure cette fonction pendant tout le temps de la course."
Les crampons, ainsi que toute saillie dépassant la face intérieure du fer, sont par exemple strictement interdits.
A contrario un cheval est réputé déferré "lorsque son sabot n’est muni d’aucune protection ou est protégé uniquement par de la résine".
Voici la signalétique typiquement utilisée par les sites de courses pour signaler la ferrure d’un cheval :

Symbole des chevaux ferré des 4 pattes Ferré

Symbole des chevaux deferré des postérieursDéferré postérieur
Symbole des chevaux deferré des antérieursDéferré antérieur
Symbole des chevaux deferré des 4 pattesDéferré des quatres
Pourquoi déferrer un cheval ?
Parce que chez les trotteurs on s’est rendu compte que certains chevaux couraient mieux pieds nus. Certains, pas tous. Chaque cheval est différent, chaque cheval a une qualité de corne différente, qui lui permettra d’être plus ou moins performant pieds nus, or tout ce qui a un impact sur les performances du cheval durant sa course, aura un impact sur le pronostic pmu.

Pourquoi observe-t-on, en général, une meilleure réussite des chevaux déferrés ? Tout simplement parce que chez les trotteurs en particulier, un cheval libre de tout fer a moins de poids à porter, c’est mathématique.

Faut-il en conclure qu’il faille systématiquement préférer un cheval déferré à un cheval ferré dans son pronostic ?
La question mérite d’être posée car la réponse n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît.

Alors faut-il jouer les déferrés aux courses ?

Quand on parle déferrés aux courses, il faudrait en réalité distinguer trois types de chevaux :

les déferrés habituels : ces chevaux courent tout le temps ou presque sans fers

les déferrés pour l’occasion : ces chevaux courent habituellement avec des fers mais l’entraîneur a choisi de les déferrer pour une course en particulier
les déferrés pour la première fois : comme son nom l’indique, les chevaux "déferrés pour la première fois" testent une nouvelle façon de courir... Tout est possible.
Nous n’allons pas analyser ici en détail ces différentes typologies. L’idée est simplement de répondre à la question que tout turfiste s’est au moins posée une fois "Les déferrés ont il plus de chance de gagner ?" ou pour être encore plus précis : "Faut il jouer les déferrés au trot ?". Notez que ces deux questions sont très différentes et qu’elles attendent donc deux réponses circonstanciées.

Pour répondre à ces interrogations voici quelques statistiques, réalisées sur plus de 38 000 courses et 518 000 chevaux. Tout d’abord sur la réussite selon la ferrure :


Symbole des chevaux ferré des 4 pattes Ferré 6.5 %

Symbole des chevaux deferré des postérieurs Déferré postérieur 9.7 %
Symbole des chevaux deferré des antérieurs Déferré antérieur 6.2 %
Symbole des chevaux deferré des 4 pattes Déferré des quatres 10.9 %
On constate tout d’abord que la réussite moyenne des chevaux déferrés des antérieurs est très proche de celle des chevaux ferrés. Aucun impact. En revanche, les chevaux déferrés des postérieurs et des 4 ont une meilleure réussite. Mais sont-ils plus rentables pour votre pronostic turf ?

Réponse avec ce second tableau, qui indique le rapport moyen des gagnants suivant la ferrure :


Symbole des chevaux ferré des 4 pattes Ferré 10.33 €

Symbole des chevaux deferré des postérieurs Déferré postérieur 8.70 €
Symbole des chevaux deferré des antérieurs Déferré antérieur 9.98 €
Symbole des chevaux deferré des 4 pattes Déferré des quatres 8.20 €
Les chevaux ferrés ressortent comme ayant en moyenne une plus grosse cote. Pourquoi ? Tout simplement parce que tout le monde a accès à l’information de la ferrure et que tout le monde sait qu’elle a un impact sur la réussite des chevaux. Résultat, les déferrés sont beaucoup plus joués que les autres chevaux.

Conclusion sur l’impact des ferrures sur les pronostics hippiques

Bien que chaque cheval soit différent, on constate qu’en moyenne les chevaux déferrés réussissent mieux que les autres chevaux au sens mathématique du terme. Les chevaux qui courent sans fers connaissent, en moyenne, une réussite supérieure aux autres chevaux et ce de façon significative, sauf pour les chevaux déferrés uniquement des antérieurs...


Les chevaux à privilégier pour faire un bon pronostic pmu sont donc, par ordre de priorité décroissante, ceux qui sont déferrés des 4, puis ceux qui sont déferrés des postérieurs.

Les oeillères : avantages et inconvénients pour le pronostic pmu

Il existe deux grands types d’oeillères pour les chevaux de courses :

Les oeillères classiques, dites Dyon, ou en cuir Dyon

Ce sont de petits bouts de cuir qui permettent de restreindre le champ de vision périphérique et arrière du cheval.
Les oeillères australiennes
Aussi appelées peaux de moutons, elles sont placées sur les joues des chevaux et limitent également le champ de vision du cheval mais de façon moins prononcée que des oeillères classiques. Le but est le même : faire en sorte que le cheval reste concentré sur sa course. Il convient de noter qu’en 2009 la réglementation a été modifiée concernant ces oeillères. Avant les entraîneurs n’étaient pas tenus de les déclarer. C’est désormais obligatoire. Une information de plus à prendre en compte, ou pas, pour les parieurs.
Le port des oeillères a t'il un impact sur la réussite d'un pronostic pmu ?
Au même titre que les conditions de ferrures, les oeillères ont un impact sur les performances d'un cheval de course. Afin de pouvoir exploiter correctement ce paramètre lors de la construction d'un pronostic hippique il est nécessaire de comprendre le rôle des oeillères et leurs condtions d'utilisation.

Pourquoi mettre des oeillères aux chevaux ?

Les oeillères permettent de compenser certaines faiblesse d'un cheval de course pmu.
On fait porter des oeillères aux chevaux craintifs et / ou distraits.
Il ne faut pas oublier qu’un cheval peut voir quasiment sur 180°. Il a donc un champ de vision panoramique nettement plus large que celui de l’homme.

Le but d’une paire d'œillères est donc de forcer le cheval à regarder droit devant, à se concentrer sur son travail et à occulter la présence de ses congénères concurrents qui pourraient le perturber dans sa course. On pense notamment en trot aux chevaux qui partent à la faute, il n’est pas rare qu’un ou plusieurs chevaux proches du fautif se mettent également à fauter par un phénomène de mimétisme et / ou de peur.

On pourrait aussi se demander pourquoi ne pas mettre d’oeillères... C’est d’ailleurs en se posant cette question que certaines sociétés organisatrices ont décidé d’interdire les oeillères dans certaines courses. Pourquoi interdire les oeillères ? Pour des raisons de sécurité, car les oeillères augmentent la difficulté de rattrapper des chevaux lâchés.

Ce que vous devriez savoir sur le port des oeillères

Le fait qu’un cheval porte des oeillère ne doit pas être considéré comme un signe absolu de probable victoire. C’est un élément supplémentaire à prendre en considération, rien de plus. Au demeurant, le contexte reste important à analyser. Par exemple, lorsqu'un inédit porte des œillères, ce n’est pas forcément un très bon signe et c'est un élément qu'il faut obligatoirement prendre en compte pour votre pronostic hippique.

En revanche le port d'œillères pour la première fois chez un cheval expérimenté a souvent des effets positifs, là encore le réflexe doit-être immédiat pour votre pronostic.

Vous l’aurez compris, l’âge et l'expérience du cheval jouent un rôle dans l’impact des oeillères sur sa réussite.
Encore une fois, aucun élément ne doit être analysé séparément  il doit être contextualisé afin d’en extraire une information pertinente pour faire le meilleur pronostic pmu.

Faut-il jouer les chevaux qui portent des oeillères ?

Il n’est pas rare de lire sur différents sites de turf qu’il faut à tout prix privilégier les chevaux portant des oeillères ou qu’au PMU les oeillères peuvent être un véritable atout...

Comme toute vérité absolue érigée sans argumentaire détaillé, il convient de prendre un peu de recul afin d’analyser les chiffres de façon aussi pragmatique que possible.